Quelle veine !

Publié le par Adèle

 On ne peut pas dire que j'ai de la veine. Non. Par contre, ça on me l'a dit : j'ai de belles veines. Hé oh, c'est pas donner à tout le monde d'avoir de belles veines. Je me présente : Adèle. Qualité ? Belles veines. Et j'ai un beau cheveu aussi. Tant de réussite en une seule personne, c'est incroyable.
Mais comme je le disais, malgré ces dotations incroyables, je n'ai pas de veine.
J'avais pris, puis décalé, puis repris, un rendez-vous pour faire un don de plaquettes. En fait, j'avais fait une promesse de don au mois de janvier suite à une conférence au bahut. Et déjà la prise de rendez-vous c'est quelque chose. J'allais sortir de cours, mon téléphone sonne, je répond ( Wouhaa ), on me dit :" Adèle Laplubel ? ". Déjà, coup de flippe. Un numéro que je ne connais pas, m'appelle, en plein milieu de la journée, et connaît mon nom de famille ! Je discute avec la nana de l'EFS, on prend RDV. Tout est OK. Puis je le redécalle, car le jour du don j'étais un peu malade, et il était préférable d'attendre,
et je suis partie en vacances aussi.
Bref, mardi 21 avril, 11h00: Adèle et sa meilleure cop' Jé, se rendent au centre EFS pour le fameux don. Alors hop rendez-vous avec un médecin, tension, question, bla bla bla. Ah oui, vous vous souvenez qu'on me prenait pour un garçon, bah là, on m'a prise pour une "adulte". On m'a demandé si je voulais me garer ( ok, ok, si j'avais voulu, je pourrais avoir mon permis là...) et quel métier je faisais. J'ai que 18 ans madame, laisse moi avoir mon bac !! Donc, Hop, je suis sur le fauteuil. Une gentille dame m'installe tout le tintouin, elle m'explique que mon sang va passez dans la centrifugeuse, qu'elle va prendre mes plaquettes et qu'elle va me faire un retour de mes globules rouges. Piqûre. Même pas mal. Enfin un tout petit peu tout de même.L'infirmière me prévient que pendant le "retour", je peux avoir un peu froid, et qu'on peut me passer une couverture. Tout se passe bien, je blablatte avec Jé, je pompe une petite baballe.
Mais au bout d'un peu plus d'une heure - le don dure au maximum 2 heures -( Tadada suspense ) au lieu d'avoir froid, j'ai chaud, alors on me brumatise, on m'évente. J'ai tout mon petit harem autour de moi. Ca va mieux. Entre temps, une dame vient me voir pour me dire que mon taux de plaquette est trop faible, donc je ne pourrais plus refaire ce type de don. Ce qui n'empêche pas que je viens de recevoir une lettre pour m'inciter à redonner mes plaquettes..aheum. Puis arrive un autre cycle de 'retour' de globule, re-coup de chaud. On me demande comment ça va, et j'ai à peine le temps de dire que j'ai un peu des nausées que je leur fait un autre type de retour, genre celui qui vient de l'estomac dans le plastique de l'infirmière qui m'éventait. D'un geste instinctif j'ai bougé mon bras piqué, sous le cri de l'infirmière qui l'a tout de suite immobilisé. Je ne sais pas ce qui aurait pu se passer, si l'aiguille aurait pu se casser ou pas, mais je ne préfère pas imaginer. Et mon don s'est arrêté là.
Je ne sais pas vraiment pourquoi ça s'est passé comme ça. J'avais bien petit-déjeuner pourtant. Mais celà doit arriver quelques fois, car le personel n'était pas plus inquiet que ça.
Dans tout les cas, j'étais très gênée et désolée de rependre ainsi mes restes intérieurs dans la salle de don...
Mais après, c'est fou comment on pête la forme ! J'ai eu quelques jours après un joli petit hématome et quelques petites douleurs dans le bras ces jours-ci qui ont peut-être rien à voir.
Au moins j'ai donné ce que j'ai pu, et ce n'est pas cette aventure qui va me dissuader de continuer de donner, mais plus des plaquettes, ça c'est sur.
J'ai pas de veine tout de même !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

BBK.mel 07/05/2009 08:03

Dernier don de plaquettes que j'ai fait : depuis quelques temps j'innovais sur moi les autobronzants. J'avais une belle couleur caramel clair dont j'étais toute fière jusqu'à ce que l'infirmière prenne un coton pour nettoyer l'endroit de la piqure. Elle nettoie, reprend un coton, renettoie, reprend un coton etc. tout en me regardant bizarrement. Il a fallu que je lui explique l'histoire de l'autobronzant ; elle m'avait prise pour une crasseuse. la honte !

Adèle 09/05/2009 12:34


Moralité... il faut faire ses dons en hiver =D


Ju' 06/05/2009 22:49

Reste le plasma. Juste 45 minutes, en plus. Et pas à l'hosto, en général, mais dans le même lieu que le don du sang. Rendez vous à prendre quand même (héhé, j'ai fait mon premier don du sang y'a un mois et demi, et don de plasma dans... quelques semaines.). J'espère que tes plaquettes resteront les seules rebelles. =DBonne soirée ^^

Adèle 09/05/2009 12:35


C'est effectivement vers le plasma qu'ils m'ont conseillé de me tourner. Mais pour mon don de plaquettes, ce n'était pas à l'hosto non plus !


louis 05/05/2009 20:26

Et les plaquettes de chocolat ? La bière étai bonne à Prague ?

Adèle 09/05/2009 12:36


Figure toi que j'en ai même pas chez moi de plaquettes de chocolat ! Sinon j'en mange une entière chaque aprèm'...
En ce qui concerne la bière, j'ai beau essayé, ça ne passe pas ! Même la bière praguoise !


Mademoisill 04/05/2009 21:24

bin moi c'est tout l'inverse, je n'ai pas de veine du tout. Du coup on peut dire que je n'ai DOUBLEMENT pas de veine. Avec les infirmières douées ça va, mais celles qui ne sont pas douées/pressées/méchantes peuvent trifouiller un moment avant de trouver...je vous laisse imaginer dans quel état je suis à la fin...

Adèle 09/05/2009 12:37


Les infirmières des dons du sang n'ont pas vraiment interêt à être méchante, car celà peut suffire à ne pas faire revenir un donneur !!


Armand 04/05/2009 16:10

Chère Adèle,On a assisté à la révolte des globules rouges, première partie.Le feuilleton comprend trois épisodes.Prochaine étape: l'intubation et le clystère géant (*)!A toi à inventer l'épilogue...Amitiés(*) Clystère: médecine, seringue à lavement, lavement lui-même.

Adèle 09/05/2009 12:38


Je me contenterais de la première partie mon cher Armand, la suite de ton feuilleton ne me plaît pas vraiment !